Dire oui à la vie...à l'Oasis de Longue Vie

Dire "oui" à la vie est une attitude inérieure qui nous ouvre au mouvement de la vie, à ses imprévus, ses inattendus et ses surprises. C'est une sorte de respiration qui nous permet d'accompagner intérieurement la fluidité de l'existence. Accepter les balancements des joies et des peines, des bonheurs et des malheurs, accepter la vie telle qu'elle est, avec ses contrastes et ses difficultés, son imprévisibilité. Bien des souffrances viennent de la négation de ce qui est ou de la résistance au changement. ( F. Lenoir, Petit traité de vie intérieure, Pocket p. 21)

Oasis? Vous avez dit "Oasis"?

Voici un court passage du livre de "David Brazier" intitulé "Tout n'est pas impermanent" (Not evenrything is impermanent, p. 189) 

"Voici les plus importantes préoccupations de notre communauté: être une oasis  dans le désert où se trouvent beaucoup de personnes et devenir un tremplin pour la créativité des autres."

Un voeu que les "Oasiens" pourraient reprendre à leur compte! Signalons que la traduction en français du livre de David Brazier devrait être terminée bientôt! 

 

Renaissance....

Un disciple demanda au maître: combien de temps faut-il à un homme pour renaître après sa mort? Est-ce immédiat ou doit-il attendre? Le sage répondit: vous ne saviez même pas ce que vous étiez avant votre naissance et vous voulez cependant connaître quel sera votre sort après votre décès? Savez-vous seulement ce que vous êtes maintenant?"

( Ramana Maharshi)

Koshi Uchiyama

Il y a des gens comme Sawaki Roshi qui ressemblent à des roses somptueuses; il y a des gens comme moi qui ressemblent à d'aimables petites violettes. Lequel est le mieux? C'est une question sans intérêt. Nous ne devrions pas nous comparer avec les autres. Il suffit de fleurir de tout notre coeur, simplement, comme nous sommes."

(Extrait de Kodo Sawaki, Un Zen vagabond, Le Relié 2016, cité dans le dernier numéro de Regard bouddhiste, mai, juin 2016)

 

Compassion et générosité

La compassion et la générosité doivent s'accompagner de détachement. Attendre de ces deux attitudes quelque chose en retour s'apparente au commerce. Si le propriétaire d'un restaurant est tout sourire avec ses clients, ce n'est pas parce qu'il les aime véritablement, mais parce qu'il veut augmenter son chiffre d'affaires. On ne doit pas non plus aimer les êtres et les aider parce que l'on trouve tel ou tel d'entre eux sympathique, mais parce qu'on voit que tous les êtres, peu importe que nous les considérions comme amis ou ennemis, désirent le bonheur et ont le droit de le trouver. 

(SS le Dalaï Lama)