Le saviez-vous?

Origine de quelques noms

Arzaillers
Un rapport avec l'occitan ardilhon (ergot, griffe) peut évoquer métaphoriquement un lieu buissonneux.


Bessat (Besse)
Dérivé du Gaulois "betu" ou du Latin "bettius" ( =bouleau)
Chez les Gaulois, le bouleau possédait un statut particulier. Il symbolisait la science et l'intelligence. On s'en servait pour soigner les esprits dérangés.


Bon Martin
Le nom de ce lieu est une déformation de "Boscus Martini" (=bois du sieur Martin)
La localité est mentionnée sous le nom de Bost Marti dans un manuscrit de 1506



Chassagnas                                                       
Ou Chassagne. Du latin cassanéa (= chêne)
Bois de chênes défriché au Moyen-âge pour laisser la place à des champs cultivés et à un village d'agriculteurs.


Claveyrolas
Même origine que le mot "clavière" qui désigne une clôture.
Ceci peut faire penser que ce lieu abrite, depuis très longtemps une activité agricole particulièrement basée sur l'élevage.


Clupeau
Gouffre, abri rocheux correspondant à l'habitation primitive



Le Freyssinet
Du latin "fraxinum" (= frêne).
Autrefois, le frêne croissait en abondance dans nos régions. Le bois était utilisé pour fabriquer les attelages de boeufs.



Chez Gorce
La formation "chez X" date de la Renaissance, époque où on prend l'habitude de nommer les domaines agricoles en faisant précéder le nom du propriétaire de la préposition "chez" héritière du latin "casa" (=maison à la campagne)
Quant au mot "Gorce" ou "Gorse", il désignait à l'origine une haie, un buisson épineux.



La Gratade
Ce type de nom de lieu fait référence à un sol assez pauvre, où le cultivateur n'a d'autres ressources que de "gratter" la terre, le sous-sol rocheux se trouvant à peu de profondeur.


Haute Faye
Il semble vraisemblable de voir dans le toponyme un dérivé du latin fagea (=hêtraie) et de penser que le village s'est édifié dans un ancien bois de hêtres défriché.

Jalagnat

Toponyme gallo-romain. Fut mansus de Jalanhac en 1407 ; le manse (la ferme, le mas). Allusion est faite à son premier propriétaire ou fondateur.

Lalleu ou l'Alleu, ou l'Allée
Issu du germanique "alod" ( = complètement libre)
Ce terme s'applique à une terre, bien héréditaire et possédé sans contrepartie qui ne se trouvait pas soumis à l'influence du seigneur.
Au Moyen-Age, "l'alleu" s'opposait au "fief", terre concédée par un suzerain à un vassal.

La Feuillade (LA FOLHADA)
Fut écrit La Fulada au XIIe siècle, La Foliada en 1207, castrum de Laffolhade en 1459. Le mot castrum implique l'idée d'une fortification (bourg, domaine rustique...). L'oc folhada évoque un endroit boisé, ce qui est le cas.

La Masure  
Le terme vient du latin manere (=rester, demeurer).
Autrefois, le mot ne possédait pas de connotation péjorative et désignait simplement une cabane de paysan ou de défricheur, une petite maison.

Mont Buchoux (LE MONT BUSCHOS)
Il s'agit d'un mot composé : le mont .... (du latin montem) ,et de boscosus (boisé).
La base busc (pour bosc)est attestée en latin médiéval par buscalia (broussailles), busculeus (broussailleux), buscarium (terrain boisé).


Plazanet
Ce nom de lieu et de personne est très implanté dans la montagne limousine.
La base pourrait être le n
om d'homme latin Platius complété par les suffixes -anum et -ittum (diminutif), le petit domaine rural de Platius.
Une autre possibilité pourrait être de partir du latin platea (emplacement, terrain plat) avec la même composition finale. Platea a en effet donné, en latin médiéval, les formes plazia et plaza.
Pour l'anecdote, j'ajoute que dans notre groupe nous sommes (au moins) deux à descendre  de Nicolas PLAZANET (de Servières, 9ème génération, 1690-1748).

Provenchère
Le village tire son nom de la végétation qui poussait sur le terrain où il a été construit. Dérivé du latin pervenca (= pervenche), le son "pré" s'étant transformé en "pro".
En effet, de nombreux talus, dans ce secteur, sont encore couverts de pervenches.

Régeat
Deux origines proposées pour ce village:
  -le terme Réja (=sillon) en référence à une activité agricole.
  -la référence à Rég(i)acum, le domaine de Rég(i)us, riche propriétaire terrien de l'époque gallo-romaine.

Royère de Vassivière (Roièra)
Royère provient du moyen français robre (=chêne).
Le toponyme indique que nous avons affaire à une ancienne chênaie, défrichée pour laisser la place à des champs et à un village de cultivateurs.

L'endroit est cité dans un écrit de 631 sous le nom de Rouaria. Celui-ci deviendra Roera dans un texte de 1311, puis Rohéria en 1340, Royera en 1518, Rouyere en 1580 et Royère en 1650.
C'est en 1968 que le bourg prend le nom de Royère de Vassivière.


Rubeyne
L'origine de ce nom (que l'on trouve également dans "Rubaine") pourrait être un dérivé du Latin rubinus (=roux, rouge) en référence à la couleur du sol sur lequel ce village a été implanté.

  
Saint Marc-à-Loubaud
Sous la double protection de Marc et de Médard.
Loubaud fait bien sûr référence à un territoire habité par les loups.
Mais saviez-vous qu'au moment de la Révolution, époque où toute marque religieuse n'était pas la bienvenue, St Marc-à-Loubaud prit le nom de "Loubaud Thaurion" ?

Les Ternes
Le nom dérive du latin terni (= trois)
Peut-être qu'à cet endroit convergeaient 3 chemins ou que ce terrain était constitué de la réunion de 3 domaines.
On peut également faire référence à une coutume répandue chez les envahisseurs germaniques, en particulier Wisigoths. Ceux-ci ne dévastaient pas toujours les grands domaines agricoles. Ils avaient l'habitude de diviser les terres en 3 parties. Ils s'en appropriaient les 2 tiers mais laissaient l'autre tiers aux anciens exploitants afin qu'ils puissent survivre.

Trijoulet
Fut écrit Trigollet en 1582.
Ce nom doit venir du latin torculum-ittum (le petit pressoir).
On trouve également l'écriture "triioulet" qui désignait un treuil: treuil du pressoir ou treuil du puits qui existe toujours dans le village?

Vassivière
Ce nom repéré au 11ème siecle, évoque d'abord l'ensemble des agneaux d'une bergerie puis les pâturages d'altitude où paissaient les moutons. Il vient en effet du mot occitan vaciver (pâtre, berger).

Vergnolas (=le petit bois d'aulne)
Diminutif de Vergne : origine gauloise (=aulne)
Le village initial a donc dû être édifié sur l'emplacement d'une aulnaie défrichée.
On retrouve la même origine dans le nom : Vergnole

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

13.09 | 20:39

Bel endroit... j'adoooore !

...
30.08 | 19:54

Belle randonnée, de belles découvertes de paysages,merci à vous toutes et tous pour votre accueil.
À lundi 😉, belle semaine

...
25.07 | 11:45

La réponse à votre question figure dans les premières lignes de cet article :"tout d'abord, un château (XVe) brulé en 1795 puis un manoir XIXe (Photo 1910)

...
24.07 | 15:45

comment présenter une photo du château de la Feuillade détruit par incendie en 1795 alors que l'invention de la photo date de 1839

...
Vous aimez cette page