Au Fil des Jours - 3

lle Saint-Denis: les péniches ont la vie belle

Ce dessin a été fait en 2012. Il reste à scanner le nouveau dessin dont il est question dans les lignes qui suivent


(2 juin 2014)  - 
Elles sont à la fois paisibles et joviales, austères et pleines de poésie: les péniches amarrées le long de la Seine. Par groupes de trois ou davantage, elles feignent de vouloir prendre le large mais ce sont avant tout des résidences devenues sédentaires. Jadis, elles passaient d’un pont à un autre ; désormais toute une vie se passe à bord.

Depuis les deux ponts reliant l’Ile-Saint-Denis à Villeneuve-la-Garenne, d’un côté, et à Saint Denis, de l’autre, la vue sur le fleuve est magnifique. En fait, cette île  - qui est aussi une commune de 7.000 habitants -  se love entre deux bras de la Seine. Malgré l’urbanisation qui n’a cessé de s’exacerber depuis la seconde guerre mondiale, la couleur verte, à la belle saison, donne le ton, à commencer par les platanes se dressant le long des allées dont le tracé épouse les bords du fleuve.

Faire un tel dessin, debout sur le pont reliant l’Ile-Saint Denis à Villeneuve, ne fut toutefois pas une partie de plaisir. Les trams défilaient à une cadence  soutenue, perturbant la concentration, et le vent menaçait d’emporter les crayons posés sur la rambarde. Curieux de connaître les mobiles du dessinateur, ce qui est tout à leur honneur, des badauds et des riverains venaient amorcer la conversation.

C’est ainsi qu’un monsieur d’au moins 55 ans prit soin de me donner quelques précisions sur les lieux. Il habite l’Ile-Saint-Denis depuis trente ans. «L’avantage d’avoir installé une ligne de tramway (inaugurée en décembre 2013), c’est qu’un embellissement des ponts a été fait.» «Vous auriez du plaisir à aller dessiner le long du chemin qui longe la Seine jusqu’à Epinay-sur-Seine sur la rive droite. Il y a bien trois kilomètres à parcourir et vous traverserez un très beau parc.» Tout en prodiguant de tels conseils, le monsieur indiquait, en aval dans le lointain, un attroupement de tours HLM et les pylônes de lignes à haute tension sur le territoire de la commune d’Epinay. A partir de cet endroit commence le Val d’Oise.

Mais à ce moment-là j’étais occupé à interpréter le paysage en amont, avec au bout de l’Ile d’imposants bâtiments peints en jaune-ocre. «Ce sont les anciens dépôts du Printemps et des Galeries Lafayette. Ils seront bientôt démolis pour faire place à un éco-quartier.» Tout au fond: la tour Pleyel et Saint-Ouen.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

19.06 | 07:03

Bonjour Yann, pas de nouvelles depuis mars 2020 ! Comment vas-tu ?

...
17.11 | 04:01

Bonjour Bruno! Merci, nous sommes voisins... Je n'arrive pas à "voir qui vous êtes" si toutefois vous habitez aussi la grande barre Victor Hugo à Gennevilliers!

...
14.11 | 18:55

Coucou Yann c'est bruno
Un ptit coucou que je trouve super ton site
Bonjour a sheriff
A bientôt
Bruno de Henri MUSLER toujours a VH

...
18.07 | 04:10

You can send me your email address too. Thanks

...
Vous aimez cette page